Un fonds d’État d’Abou Dhabi de 243 milliards de dollars investit dans l’écosystème de la crypto-monnaie

Alex dovbnya

Le fonds souverain d’Abu Dhabi investit dans l’écosystème des crypto-monnaies

Khaldoon al-Mubarak, PDG du fonds d’État d’Abou Dhabi Mubadala Investment Capital, a parlé positivement des crypto-monnaies lors de son entretien récent avec CNBC.

Il affirme que le fonds investit de l’argent dans l’écosystème crypto, citant la technologie blockchain et l’énergie comme principaux domaines d’intérêt :

De notre point de vue, je pense que nous examinons l’écosystème autour de la cryptographie. Et je pense que nous investissons dans cet écosystème. Cela pourrait être dans la technologie blockchain, la consommation d’énergie, etc.

Mubadala, associé au prince héritier Mohamed ben Zayed, a 243 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

L’organisation s’est plongée dans la crypto en 2019 en investissant dans MidChains, le premier échange de crypto-monnaie réglementé aux Émirats arabes unis.

MidChains a commencé à négocier avec quatre crypto-monnaies (Bitcoin, Bitcoin Cash, Litecoin et Ethereum) fin septembre.

Réglementation sur la cryptographie aux Émirats arabes unis

Le patron de Mubadala, qui dirige également le club de football de Manchester City, ne veut pas rejoindre les sceptiques de la crypto-monnaie. Il dit que la technologie est « réelle », soulignant la croissance rapide de l’industrie qui est passée de 250 milliards de dollars à 3 000 milliards de dollars en quelques années seulement :

Beaucoup de gens sont sceptiques. Je ne fais pas partie de cette catégorie. Je vois cela comme réel.

En parlant de réglementations sur les crypto-monnaies, al-Mubarak dit qu’elles ne sont pas encore dans leur forme définitive.

À un moment donné, cependant, il pense que cet environnement réglementaire devra évoluer. De cette manière, la crypto-monnaie peut passer à “quelque chose de nouveau” en tant que classe d’actifs.

La Banque centrale des Émirats arabes unis n’a pas encore réglementé les actifs cryptographiques, déclarant auparavant qu’elle ne reconnaissait pas la nouvelle classe d’actifs.

Pour l’instant, le dirham émirati reste la seule monnaie légale acceptable dans le pays.

Leave a Comment